Evolution de la production de fruits de 1960 à nos jours

Entre 1961 et 2011, la production mondiale de fruits* a été multipliée par 3,6 en l’espace de 50 ans, passant de 208 à 757 millions de tonnes annuelles. Cette croissance, plus importante que la croissance de la population mondiale (avec un coefficient multiplicateur de 2,2), s’est accompagnée d’un bouleversement en profondeur du classement des principaux fruits produits. Le schéma ci-dessous montre quelques tendances principales :

  • Le raisin, fruit le plus cultivé au monde, n’a pas connu de croissance particulièrement importante, et voit sa production annuelle devancée par 3 principaux fruits : banane, pastèque et pomme.
  • La banane et la pastèque ont connu un boom très important, tout particulièrement ces 25 dernières années. La pomme, dans une moindre mesure, a suivi la même courbe.
  • La noix de coco, deuxième fruit le plus produit au monde en 1961, a connu une croissance tout de même appréciable et pointe désormais en 6e position.
  • La croissance de la production de mangues, dans les années 2000.
Evolution de la production mondiale de fruits de 1961 à 2011 - Production exprimée en milliers de tonnes.

Evolution de la production mondiale de fruits de 1961 à 2011 – Production annuelle exprimée en milliers de tonnes.

 

Le graphique ci-dessous présente la croissance annuelle pondérée de chaque fruit de 1961 à 2011. Il met donc en valeur les fruits qui ont connu une augmentation très importante de leur production, et ce quel que soit leur tonnage annuel. 4 fruits ressortent du lot :le kiwi, hors catégorie, car quasiment pas produit en 1961, est LE nouveau fruit de ces 50 dernières années ; la myrtille, la mandarine et la papaye. A l’inverse, la figue est le seul fruit dont la production a diminué dans le même intervalle de temps.

Taux de croissance de la production mondiale des principaux fruits de 1961 à 2011 - En noir épais la croissance de la population mondiale

Taux de croissance de la production mondiale des principaux fruits de 1961 à 2011 – En noir épais la croissance de la population mondiale

 

Les principales évolutions peuvent être constatées également en termes de parts de marché via le tableau ci-dessous. Au global les 50 dernières années n’ont pas été marquées par une quelconque diversification des fruits produits, 95% de la production fruitière annuelle étant réalisée avec 16 fruits, en 1961 comme en 2011. A noter que la part de marché des agrumes (orange, mandarines et clémentines, citrons, pomelos) augmente de 11% à 16%.

tab3

Sur le graphique ci-dessous est représentée la répartition de la production fruitière en 2011 par continent :

tab4-2

Sur l’ensemble de la production annuelle de fruits, la Chine en réalise 28%, pour 19% de la population mondiale, et l’Inde 10%, pour 17% de la population mondiale.

Le graphique d’évolution ci-dessous montre l’extraordinaire croissance de la production fruitière chinoise ces 25 dernières années, avec une multiplication par 5,6 de la production nationale entre 1991 et 2011. Dans le même temps l’Inde ne fait que doubler sa production.

Le Brésil est devenu le 3e producteur mondial de fruits au cours des années 80, devançant les principaux producteurs des années 60 et 70, à savoir les Etats-Unis et l’Italie.

Nb : ROW (pour « Rest Of the World ») représente la production de l’ensemble des autres pays du globe.

Tous fruits confondus - Production annuelle exprimée en tonnes

Tous fruits confondus – Production annuelle exprimée en milliers de tonnes

Les différentes sections ci-dessous présentent le détail par fruit. Voici quelques éléments indispensables pour bien comprendre les graphiques ci-dessous :

  • Les productions sont présentées en milliers de tonnes par an
  • Seuls les 6 principaux pays producteurs en 2011 sont valorisés
  • Les 10 principaux pays producteurs mondiaux de fruits sont colorés de la même manière pour chaque fruit (Chine en rouge, Inde en bleu, Indonésie en orange, Brésil en bleu clair, …)
  • IMPORTANT : sur les schémas d’évolution entre 1961 et 2011, sont représentés en couleur claire la valeur de 1961, et en couleur foncée le différentiel entre 2011 et 1961. Si cette valeur est positive, la barre de couleur foncée est située au-dessus de celle de couleur claire : la production a donc augmenté entre 1961 et 2011. Si cette valeur est négative, la barre de couleur foncée est située en-dessous de celle de couleur claire (en-dessous de l’axe 0): la production a donc diminué entre 1961 et 2011.

 

Bananes

tab-bananas-1tab-bananas-2

La production mondiale a été multipliée par 5 entre 1961 et 2011, augmentation dont 1/3 s’est réalisée en Inde, alors 3e producteur en 1961. L’Equateur et le Brésil, principaux producteurs en 1961, ont cependant plus que doublé leur production en l’espace de 50 ans, qui reste tout de même en 2011 presque 4 fois inférieure à celle de l’Inde.

La Chine, producteur totalement mineur en 1961, est passée via une multiplication par 60 de sa production au 2nd rang mondial en 2011, devançant les Philippines.

Dans le reste du monde, les principales autres zones de production sont en Afrique sub-saharienne (Tanzanie, Angola, Kenya, Burundi, Cameroun), et en Amérique Centrale le Guatemala, le Mexique et le Costa Rica représentent l’autre zone de production majeure planétaire, sans oublier la Colombie et la Thaïlande.

 

PASTEQUES

tab-watermelons-1 tab-watermelons-2

La production a connu une multiplication par 5,7 entre 1961 et 2011, boom dont les 3/4 sont dus à l’augmentation de la production chinoise. Déjà leader mondial en 1961, la Chine a multiplié par 10 sa production en 50 ans. Dans le même temps la Turquie est passé du 3e au 2e rang mondial via un doublement de sa production, tandis que les Etats-Unis, 2e mondial en 1961 ont vu leur production baisser jusque dans les années 90, avant de revenir légèrement au-dessus de leur niveau initial.  L’Iran ainsi que le Brésil s’intercalent devant les Etats-Unis.

Dans le reste du monde, la Russie et l’Egypte sont d’importants producteurs, devant l’Ouzbékistan, l’Algérie et le Mexique.

 

MANDARINES

tab-mandarines-1 tab-mandarines-2

La croissance de la production mondiale de mandarines est l’une des plus fortes de ces 50 dernières années, avec une multiplication par 9 de la production mondiale. Plus de la moitié de cette croissance est due à la Chine, qui pèse 50% de la production mondiale.

Le Japon, n°1 mondial en en 1961, n’a connu qu’une croissance de 10% en 2011, et sa production est aujourd’hui dépassée par l’Espagne, et au même niveau que l’Italie, le Brésil, la Turquie ou encore l’Egypte.

Iran, Maroc, Corée du Sud et Etats-Unis sont les autres principaux producteurs dans le monde.

 

POIRES

tab-pears-1 tab-pears-2

La production mondiale a été multipliée par 4,6 entre 1961 et 2011, dont les 4/5e sont dus à l’augmentation de la production de la Chine, leader incontesté de la production de poires avec les 2/3 du tonnage mondial.

Les principaux producteurs en 1961, à savoir l’Italie et les Etats-Unis, ont à peine doublé leur production, mais restent devant les autres principaux producteurs mondiaux que sont l’Argentine et l’Espagne.

Les autres principales zones de production mondiales sont la Turquie, l’Afrique du Sud, le Benelux, l’Inde, le Japon et la Corée du Sud.

 

ORANGES

tab-oranges-1 tab-oranges-2

La production mondiales d’oranges a été multipliée par 4,3 en 50 années, dont 1/3 s’explique par la croissance du tonnage annuel au Brésil. Avec 28% de la production mondiale, le Brésil est le leader incontesté à l’échelle du globe.

Suivent les Etats-Unis, leader en 1961, et la Chine. L’Inde et le Mexique ont multiplié par 5 leur production tandis que l’Espagne ne grimpe que de 70%.

Egypte, Italie, Indonésie, Turquie, Afrique du Sud, Iran et Pakistan sont les autres principaux producteurs mondiaux d’oranges. Les productions ayant particulièrement explosé en Iran et en Indonésie.

 

ANANAS

tab-pineapples-1 tab-pineapples-2

La production mondiale a connu une multiplication par 5,7 entre 1961 et 2011.

Principal producteur en 1961, les Etats-Unis ne sont plus qu’un producteur mineur aujourd’hui, leur tonnage annuel ayant même fortement diminué. Le Nigeria, 2e producteur mondial en 1961, passe à la 7e place en 2011, juste devant la Chine.

Les 4 principaux producteurs sont la Thaïlande, le Brésil, le Costa Rica et les Philippines, qui ont aujourd’hui des tonnages annuels très proches, autour de 2,3 millions de tonnes.

Dans le reste du monde, les régions les plus productrices sont l’Amérique Latine (Mexique, Guatemala, Colombie, Venezuela, Pérou), le Kenya et l’Angola (outre le Nigéria) en Afrique, sans oublier le Viet Nam, 10e producteur mondial.

 

MANGUES / GOYAVES

tab-mangos-1 tab-mangos-2

La production mondiale de mangues et goyaves (FAOSTAT ne différencie pas les 2 productions dans ses statistiques) a été multiplié par 3,5 entre 1961 et 2011.

L’Inde, leader mondial en 1961 a plus que doublé sa production en 2011, malgré les fortes augmentations d’autres pays asiatiques, au premier rang desquels la Chine.

En Asie, la Thaïlande, l’Indonésie, le Pakistan, le Bangladesh, les Philippines et le Viet Nam sont d’importants producteurs. En Amérique Latine seuls le Mexique et le Brésil produisent des volumes importants de mangues et de goyaves. L’Afrique est l’autre zone productrice, principalement au Nigéria, au Kenya, au Soudan et en Egypte.

 

NOIX DE COCO

 

tab-coconuts-1 tab-coconuts-2

La production mondiale de noix de coco n’a connu qu’une multiplication par 2,5 en l’espace de 50 années. 85% de cette croissance sont le fait de 3 pays : l’Indonésie, les Philippines et l’Inde, qui représentent les 3/4 de la production mondiale. Ces 3 pays, dans le même ordre, étaient déjà les leaders mondiaux en 1961.

Brésil, Viet Nam, Birmanie, Chine et Nigéria ont sensiblement augmenté leur production, tandis que des producteurs non négligeables en 1961, comme le Sri Lanka, le Mexique ou la Thaïlande, n’ont pas vu leur tonnage annuel croître.

 

CITRON

tab-lemons-1 tab-lemons-2

La production mondiale a connu une multiplication par 5,8 entre 1961 et 2011, portée principalement par la Chine, le Mexique, l’Inde et, dans une moindre mesure, par l’Argentine et le Brésil. Ces désormais 5 principaux producteurs mondiaux devancent les Etats-Unis, qui n’ont augmenté leur tonnage annuel en 50 ans que de 65%.

L’Italie, 2e producteur mondial en 1961 au même niveau que les Etats-Unis, a conservé une production stable en un demi-siècle, et est désormais devancé par la Turquie, l’Espagne et l’Iran.

 

PÊCHES

tab-peaches-1 tab-peaches-2

La production mondiale a connu une multiplication par 4,2 entre 1961 et 2011, portée à 70% par la Chine.

Les leaders en 1961, à savoir les Etats-Unis et l’Italie ont vu soit leur production augmenter sensiblement (Italie), soit carrément diminuer (Etats-Unis). Au chapitre des fortes progressions, l’Espagne, la Grèce et la Turquie viennent compléter le Top 6 des producteurs mondiaux.

Les autres principales zones productrices sont l’Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Chili), l’Egypte, l’Iran et la France.

 

PLANTAINS

tab-plantains-1 tab-plantains-2

La production mondiale de plantains a été multipliée par 3 en l’espace de 50 ans.

Leader mondial en 1961, l’Ouganda représente 25% de cette augmentation pour 25% également de la production mondiale en 2011. Dans le même intervalle de temps le Ghana et la Cameroun ont multiplié par 6 leur production, dépassant les 3 autres grands pays producteurs, à savoir le Rwanda, la Colombie et le Nigéria.

Dans le reste du monde, le Pérou et la Côte d’Ivoire sont également des producteurs de poids. De manière générale, il n’y a pas de plantains produits en dehors de l’Afrique subsaharienne et de l’Amérique Latine (seuls la Birmanie et le Sri Lanka font exception).

 

POMMES

tab-apples-1 tab-apples-2

La production mondiale a connu une multiplication par 4,2 entre 1961 et 2011, portée à 60% par la Chine. Les principaux producteurs en 1961 ont connu soit une légère augmentation (Etats-Unis), soit une stabilité (Italie), soit une diminution (France) de leur tonnage annuel.

La Turquie, la Pologne et surtout l’Inde ont connu les plus fortes augmentations de production, sans commune mesure avec la croissance chinoise. L’Amérique du Sud (Brésil, Argentine, Chili), la Russie et l’Iran sont les autres principales zones de production mondiale, avec de fortes évolutions en 50 années.

 

RAISINS

tab-grapes-1 tab-grapes-2

La production mondiale de raisins a connu sans doute l’évolution entre 1961 et 2011 la plus atypique de tous les fruits. Tout d’abord, parce qu’avec une augmentation de 60% de la production, c’est l’évolution la plus faible, juste devant la figue, pour le fruit le plus produit au monde (en tonnes) jusqu’au début des années 90.

Ensuite parce que les 2 leaders incontestés de 1961, à savoir la France et l’Italie, ont vu tous les deux leur production baisser d’environ 10% en 50 années. Dans le même temps les Etats-Unis ont plus que doublé leur production, tandis que l’Espagne l’augmentait de 80%. C’est la Chine qui, dans le même intervalle de temps, est passé de producteur totalement anecdotique à leader mondial (évolution très récente, courant des années 2000), avec 13% de la production mondiale et 35% de l’accroissement de la production mondiale entre 1961 et 2011.

En dehors de ce top 5 mondial, on retrouve la Turquie, l’Amérique du Sud (Chili, Argentine et dans une moindre mesure le Brésil), l’Iran, l’Australie et l’Afrique du Sud, ainsi que L’Allemagne, l’Egypte et l’Inde, qui dépassent tous largement le million de tonnes produites par année.

 

MELONS

tab-melons-1 tab-melons-2

La production mondiale a connu une multiplication par 4,5 entre 1961 et 2011, portée à 60% par la Chine.

Déjà principal producteur en 1961, la Chine a multiplié par 8 sa production annuelle. La Turquie reste à la 2eme place, avec un +50% sur la même période. C’est une évolution comparable à celle des Etats-Unis, dépassés par l’Iran, et désormais au même niveau que l’Egypte et l’Inde.

Les principales autres zones de production mondiales sont l’Ouest méditerranéen (Espagne, Maroc, Italie, France) ainsi que l’Amérique Centrale (Mexique, Guatemala, Honduras, Costa Rica), et enfin le Brésil.

 

Source : FAOSTAT

* Les fruits considérés sont les suivants : bananes, pastèques, pommes, oranges, raisins, noix de coco, mangues, goyaves, plantains, melons, mandarines, clémentines, poires, ananas, citrons, citrons verts, pomelos, prunes, dattes, kakis, fraises, abricots, cerises, kiwis, figues, myrtilles, mûres, groseilles, framboises et coings.
Ne sont pas comptabilisés : litchis, fruits de la passion, etc.

Tous les graphiques sont originaux et produits par fruitsatlas.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *